AXES THÉMATIQUES


Logo iret

L’homogénéité et la spécificité disciplinaires de l’IRET (CNU 18, Études théâtrales) mettent l’Unité à même de couvrir les principaux champs scientifiques de l’étude du théâtre au sein des Arts. Pour accomplir cette mission, l’IRET s’est doté d’une structure thématique tripartite : le premier Thème couvre les questions d’esthétique et d’historiographie ; le second les questions liées à la création théâtrale contemporaine et à ses poétiques, le troisième, encore en préfiguration est consacré aux lieux et institutions du spectacle vivant.

 

 

THÈME 1. ESTHÉTIQUE, THÉORIE ET HISTORIOGRAPHIE THÉÂTRALES


Dès sa fondation, les recherches de l’IRET ont pris en charge la dimension théorique et auto-réflexive inhérente à l’art théâtral dès l’antiquité, de même que son interrogation critique par la philosophie puis la critique littéraire et artistique. L’IRET intègre de même dans son champ d’étude le rapport du théâtre aux autres arts sous l’angle de l’esthétique générale de la représentation. Elle prend de même en compte l’historiographie du genre dans l’ensemble de ses dimensions : histoire des répertoires, mises en scène et lieux de représentation, métahistoire de la glose et de lacritique théâtrales (revues), évolution de la place et de la fonction du théâtre et de ses praticiens dans la cité, constitution et évolution du lexique et des notions théâtrales et esthétiques dans leur contribution à la vie culturelle au fil des âges. La mémoire vivante du théâtre est encore prise en charge sous forme numérique, par la constitution en collaboration avec la Théâtrothèque Gaston Baty, d’un important corpus de captations théâtrales. Tels sont les objets et questions pris en charge par le premier Thème de l’IRET sous l’intitulé Esthétique, théorie et historiographie théâtrales. Un Thème et un ensemble de chercheurs dont la Société d’Histoire du Théâtre, la Bibliothèque Nationale de France et la Théâtrothèque Gaston Baty sont les partenaires réguliers.

 



Trois professeurs de l’IRET assument la responsabilité de ce Thème, en accord avec leur profil de recherche : Marco Consolini, Gilles Declercq, Catherine Treilhou-Balaudé. Depuis 2011, une partie des chercheurs du Thème ont donné une inflexion spécifique aux recherches historiographiques en se penchant sur la question, documentaire et épistémologique, des revues de théâtre. Aussi le Thème se décline-t-il en deux axes correspondant aux recherches des membres qui les animent :

 

 

 
Le Centre de recherche sur la théorie et l’histoire du Théâtre (CRTHT)

Le Groupe de recherche interdisciplinaire sur les revues de théâtre (GRIRT).

 

THÈME 2. POÉTIQUES DE LA CRÉATION THÉÂTRALE CONTEMPORAINE


L’observation critique de la création et des pratiques du spectacle vivant —scènes et écritures—, appréhendée tant dans ses enjeux théoriques —poétiques du texte et de la scène—, que dans sa dimension incarnée et performative —corps, voix, scénographie— détermine les perspectives de recherche propres au Thème Poétiques de la création théâtrale contemporaine. La crise du drame moderne, le progressif transfert de la poïétique théâtrale du texte vers la scène, le questionnement des écritures de plateau, et l’interaction contemporaine accrue du théâtre avec les autres arts sont quelques-unes des problématiques nodales de ce Thème.

Son ancrage au milieu professionnel du théâtre (créateurs, acteurs, institutions) et plus généralement au milieu artistique est à la source de partenariats nombreux pour ses productions et actions en phase avec le contexte sociétal d’un art en forte mutation. La collaboration avec les théâtres et les Centres dramatiques est une composante récurrente des actions de ce Thème (Comédie de Reims, Odéon-théâtre de l’Europe, Maison du Théâtre d’Amiens, Comédie française), tout comme la coopération avec des institutions muséographiques centrées sur l’anthropologie et la culture contemporaine (Musée Dapper, Musée du Quai d’Orsay). L’interaction de la recherche avec la création et le public est également assurée par des interventions régulières à la radio, la télévision ou encore sur le web.





L’examen pluriel des poétiques de la création théâtrale ont conduit une partie des recherches de ce thème à se spécialiser dans l’étude d’une aire culturelle spécifique, en l’occurrence les espaces de création des théâtres francophones, appréhendés esthétiquement etpolitiquement comme écritures de l’altérité.

 

 

Trois professeurs de l’IRET assument la responsabilité de ce Thème, en accord avec leur profil de recherche: Joseph Danan et Catherine Naugrette (axe 1), Sylvie Chalaye (axe 2). L’articulation intra-thématique correspond à deux axes de recherches :

 
Le Groupe de recherche sur la poétique de la scène contemporaine (GRPSC)



 
Le laboratoire Scènes francophones

 
et écritures de l’altérité (SeFeA)



THÈME 3. LIEUX ET INSTITUTIONS DU SPECTACLE VIVANT en préfiguration




L’intégration à l’IRET en 2005 d’un maître de conférences docteur en études théâtrales, également agrégé de sciences économiques et sociales et diplômé HEC a permis à l’Unité de développer ses recherches dans le champ des sciencessociales, en particulier par une approche des politiques économiques et culturelles spécifiques aux lieux etinstitutions du spectacle vivant. L’IRET a ainsi répondu à plusieurs appels d’offres lancés sur ces questions par le Ministère de la Culture et de la Communication. Les rapports qui en sont issus constituent l’un des faits marquants de la production de l’Unité (Territoires et ressources des compagnies en France, 2012 ; Diversification de l’offre des bibliothèques publiques et des musées par le spectacle vivant, 2014-15). Elu professeur à l’université Lyon 2 en 2014, D. Urrutiaguer continue d’être l’un des membres associés les plus actifs de l’IRET. Son poste a été pourvu en 2015 par une collègue MCF dont les recherches portent sur les institutions culturelles et de l’interaction du spectacle vivant avec la muséographie (A. Mouton-Rezzouk). Celle-ci a co-organisé avec D. Urrutiaguer le colloque international Le Musée par la scène (Musée du Louvre/INHA/Musée d’Orsay), nov. 2016 et tout récemment Les Arts du spectacle au prisme du développement durable/The performing arts and the cinema industry through sustainable development, Paris, Théâtre de la CitéInternationale, 8-10 mars 2017 (IRET, IRCAV, Passages XX-XXI de Lyon 2, MECIC de la Burgundy School of Business).

 



Parallèlement, C. Treilhou-Balaudé a croisé dans ses recherches historiographiques la question muséographique (collaboration avec le Centre National du Costume de Théâtre en tant que co-commissaire de l’exposition Shakespeare, l’étoffe du monde (2014) et celle des lieux du spectacle par sa participation aux recherches sur La Péniche Opéra (programme IREMUS – UMR 8223, IRET et CRIHAM, en coopération avec la BNF). L’IRET entend pérenniser cet ensemble de recherches (récemment ponctué par le dossier « Théâtre et développement durable », Registres, 2015, n° 18) et souhaite développer comme nouveau Thème les problématiques inhérentes aux Lieux et Institutions du Spectacle Vivant en les déclinant sous la forme de deux programmes :

 

 

 
Programme Économie et esthétique du spectacle vivant.

Programme Topologiques – Lieux et mémoire des arts du spectacle vivant